Toxicologie

Une puce, alternative à l'expérimentation animale  Abonné

Par
Publié le 24/04/2017
dessin

dessin

Chaque année en France, près de 2,2 millions de cobayes sont utilisés dans les laboratoires pour la recherche. Car, bien que l'Union européenne ait interdit les tests sur les animaux dans le cadre de la production des cosmétiques, rats, souris, chats ou encore primates participent encore largement aux essais de toxicité qui précèdent les premiers tests d'efficacité des médicaments sur l'homme. Le recours aux « organes sur puces » de la société américaine Emulate pourrait bien changer cela.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte