Une lueur d’espoir pour les officines rurales  Abonné

Publié le 04/06/2012

DEPUIS plusieurs années, l’Association de pharmacie rurale (APR) tire le signal d’alarme. La disparition des médecins des campagnes entraînera la fermeture de centaines, voire de milliers d’officines, se désole son président, Benoît Thiébaut. Plus de prescripteurs, moins de prescriptions. Quant aux maisons médicales, si elles ont le mérite de pérenniser la présence de professionnels de santé dans les zones sous médicalisées, elles condamneront forcément les officines les plus éloignées de ces structures.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte