La bataille des économies

Une France accro à la dette  Abonné

Publié le 26/05/2014
Le débat entre le Premier ministre et le ministre de la Défense sur les coupes nouvelles que le Manuel Valls voudrait faire dans le budget de la Défense illustre l’incapacité du pays à diminuer la dépense publique de 50 milliards en trois ans comme cela a été promis. Pour une raison simple : on n’envisage pas de réduire le budget des Armées si auparavant on n’a pas changé de politique militaire. Or le gouvernement croit pouvoir diminuer les ressources de la défense sans modifier d’un iota les missions qu’il lui attribue.
Michel Sapin a un milliard pour diminuer l’impôt sur le revenu, mais voudrait en retirer deux au...

Michel Sapin a un milliard pour diminuer l’impôt sur le revenu, mais voudrait en retirer deux au...
Crédit photo : AFP

Mais le problème ainsi posé va au-dela d’une discussions interminable sur les suppressions de postes et le remplacement des équipements. En premier lieu, pourquoi en arrive-t-on, après avoir adopté la loi de programmation militaire (LPM) pour cinq ans (2014-2019) qui fixe le budget de la défense à 31,5 milliards d’euros par an, à imaginer des restrictions supplémentaires, sinon parce qu’on est incapable de trouver des économies ailleurs ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte