Iatrogénie chez la personne âgée

Une étude pour améliorer les prescriptions en EHPAD  Abonné

Publié le 23/01/2020
Menée pendant 18 mois dans 33 Ehpad du groupe Korian, une étude a permis aux professionnels de santé d'avoir accès à des outils pour limiter l'iatrogénie médicamenteuse chez les résidents. Une initiative qui a permis de diminuer significativement le nombre de prescriptions potentiellement inappropriées.

Si tous les patients sont exposés au risque iatrogénique, une population l'est encore davantage : les résidents des EHPAD. Polymédicamentés, ils se voient souvent administrer des molécules à propriété anticholinergiques qui peuvent être à l'origine d'effets secondaires graves. Anxiolytiques, antidépresseurs, antihistaminiques, antiémétiques… des médicaments parfois indispensables mais problématiques s'ils déclenchent ou aggravent des troubles cognitifs, des occlusions intestinales ou encore une rétention urinaire aiguë.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte