Terrorisme, crise, paupérisation des « riches »

Une décennie calamiteuse  Abonné

Publié le 06/01/2011
Politiquement, économiquement, socialement, diplomatiquement, l’année 2010 a été mauvaise. Elle couronne une décennie qui aura ébranlé ou détruit nos plus profondes certitudes. De l’attentat du 11 septembre à la crise financière et économique, de la guerre d’Irak au scandale des subprimes, le monde occidental, en général, et la France, en particulier, ont été durablement ébranlés. Le pronostic le plus sage est qu’il nous faudra sans doute dix ans de plus pour sortir vraiment du marasme.

DIX ANS POUR RIEN ? C’est pire : dix ans de régression économique et sociale. Nous n’avons pas vaincu quelques fléaux sanitaires tenaces, comme le sida ou le paludisme. Nous avons vécu d’une croissance illusoire, qu’il a fallu payer très cher à partir de 2008. Nous pourrions nous consoler en constatant que la mondialisation, qui a fait chez nous des ravages inouïs, a profité au moins aux pays dits émergents : tout l’argent qu’auparavant nous avions déversé sur eux est allé à la corruption. Quand ils ont pris leurs affaires en main, ils nous ont taillé des croupières.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte