La campagne se polarise

Une crise sans effet politique  Abonné

Publié le 06/02/2012
Le dernier atout de Nicolas Sarkozy, c’est l’annonce de sa candidature : il y a une limite au nombre de mesures qu’il va encore mettre en œuvre ; il ne peut plus raisonnablement légiférer après le début de la campagne. Les sondages les plus récents indiquent une polarisation des intentions de vote autour des deux principaux candidats tandis que se maintient l’avance de François Hollande.

Crédit photo : AFP

NOUS AVONS EU, le 26 janvier, cette grande journée hollandaise, avec le lancement du programme du candidat socialiste et une interview télévisée. Puis nous avons eu droit à l’entretien, également télévisé, du chef de l’État, le dimanche suivant. Les sondages indiquent une légère remontée du président sortant, en moyenne de 2 %, mais compensée par une ascension comparable de François Hollande. Sept points au moins les séparent au premier tour et le score final est de 57-43 au second tour. Rien n’a vraiment changé depuis deux mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte