Croissance et exposition de Shangaï

Une Chine magnifique et fragile  Abonné

Publié le 23/07/2010
Le président Sarkozy est rentré d’une visite d’État en Chine destinée à sceller la réconciliation entre les deux pays après les différends engendrés par la position française sur les droits de l’homme, l’importance accordée au dalaï lama et la promenade mouvementée à Paris de la torche olympique. Les exclamations enthousiastes n’ont pas manqué, à l’occasion de ce voyage, aussi bien chez les Chinois auxquels nous avons fait la promesse de ne plus les indisposer que dans une délégation française émerveillée par la puissance chinoise et par le faste indicible de l’exposition universelle de Shangaï.

NICOLAS SARKOZY a changé de politique étrangère. Il a décidé, depuis au moins deux ans, de mettre sous le boisseau les préoccupations de la France relatives aux droits de l’homme. Son ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, inventeur du devoir d’ingérence, n’a pas hésité naguère à dire que le souci des droits de l’homme obère une politique extérieure. Le secrétariat d’État occupé autrefois par Rama Yade a été supprimé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte