HUMEUR

Une bataille perdue d’avance  Abonné

Publié le 23/06/2011

Les Saoudiennes livrent un combat sympathique et pacifique en réclamant le droit de conduire leur voiture. On imagine mal, en effet, que le Coran puisse contenir la clause de prohibition d’un usage qui n’est apparu que 14 siècles après qu’il eut été écrit. Elles s’appuient en outre sur le bon sens : comment faire leurs courses ou accompagner les enfants à l’école si elles ne sont pas motorisées ? Les autorités saoudiennes n’ont pas d’autre choix, pour maintenir leur féodal refus, que de souligner combien, dans le reste du monde, le recours à l’automobile est devenu aléatoire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte