Un taux trop élevé, selon le GEMME  Abonné

Publié le 12/05/2014

Pascal Brière, président du GEMME, l’expliquait récemment dans nos colonnes (notre édition du 12 mai 2014) : « Le dispositif légal actuel est incomplet (N.D.L.R., l’encadrement commercial du marché générique). Il est dangereux à la fois pour les fabricants et pour les pharmaciens. » Le fait que le taux du nouveau plafond de remises génériques soit désormais connu (40 %), semble n’avoir rien changé à cet avis. Ainsi, déclare Catherine Bourrienne-Bautista, déléguée générale du GEMME, « cette nouvelle confirme malheureusement nos inquiétudes ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte