Jean ne sera pas président de l’EPAD

Un Sarkozy à visage humain  Abonné

Publié le 26/10/2009
En renonçant à la présidence de la Défense, Jean Sarkozy a pris la meilleure décision. En effet, son sacrifice apparent apportera un plus à sa carrière, il ne recule que pour mieux sauter (vers l’EPAD ou ailleurs) et il vient de rendre un fieffé service à son père en désarmant les critiques : les deux Sarkozy ont fort bien compris que, quel que fût le bien fondé des accusations lancées contre eux, on ne les lâcherait pas.

LE PLUS DRÔLE, dans cette affaire, est que les défenseurs acharnés de Jean Sarkozy, qui hurlaient à l’injustice des médias, de l’opposition et d’une partie de l’UMP, ont trouvé immédiatement les accents du raisonnement inverse : si Jean a pris une « sage décision », que ne la suggéraient-ils avant le 22 octobre ? Si l’opposition estime que « le pouvoir a reculé » et « qu’il a pris une claque », cela signifie-t-il qu’elle eût préféré un entêtement jusqu’au boutiste des Sarkozy ? Ne comptez pas sur les politiques pour vous offrir une analyse impartiale.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte