Conseil de l’Ordre

Un président part, une autre le remplace  Abonné

Publié le 07/09/2009

Un président part, une autre le remplace. Faut-il s’exclamer, comme Jacques Brel, « au suivant ! » ou le saluer comme un événement ? Que représente t-elle, un Conseil qui n’existe que par son côté obligatoire ou une profession qui emprunte plusieurs voies, de la plus vertueuse à la plus tortueuse des torts tueurs ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte