Deuxième gouvernement Ayrault

Un pouvoir en ordre de marche  Abonné

Publié le 25/06/2012
Le remaniement gouvernemental consécutif aux élections législatives a été de faible ampleur : quatre secrétaires d’Etat ont été ajoutés aux 34 membres de la première équipe. Malgré son souhait, François Hollande n’a pu obtenir que Robert Hue, ex-communiste, y soit nommé, parce que le PCF, qui ne voulait pas être présent dans le deuxième gouvernement Ayrault, s’opposait au choix d’un de ses dissidents.

À CEUX, et ils sont nombreux, qui trouvent encore des arguments contre la gestion des 50 premiers jours de sa présidence, François Hollande n’hésiterait pas, si c’était son genre, à demander à ses censeurs à quel endroit ou à quel moment il a échoué.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte