Pr Michel Blanchot, réserviste à l’EPRUS

Un pharmacien en mission à Brazzaville  Abonné

Publié le 16/04/2012
Le 4 mars, une explosion à Brazzaville fait plus de 200 morts et des milliers de blessés. Moins de 48 heures plus tard, des réservistes français de l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires (EPRUS) sont sur place pour apporter leur aide médicale et pharmaceutique. Parmi les 19 professionnels de santé qui composent cette mission, un pharmacien, Le Pr Michel Blanchot est le seul pharmacien de cette mission de 19 professionnels de santé. Il raconte.
Deux jours après l’explosion, 20 caisses de matériel et 2,5 tonnes de médicaments arrivaient à...

Deux jours après l’explosion, 20 caisses de matériel et 2,5 tonnes de médicaments arrivaient à...
Crédit photo : dr

DIMANCHE 4 MARS 2012, le dépôt de munitions d’une caserne d’un régiment de blindés explose à Brazzaville. Dès les premières heures, on parle d’une centaine de morts, d’un millier de blessés et d’un quartier entier soufflé par l’explosion. Très rapidement, le gouvernement congolais appelle à l’aide ; il se tourne notamment vers l’État français qui lui répond favorablement. C’est typiquement le genre de situation qui demande l’intervention de l’EPRUS, l’Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte