Le monde aujourd’hui

Un patchwork sans vision  Abonné

Publié le 15/02/2016
Le remaniement gouvernemental, sans doute le dernier du mandat de François Hollande, a été autant critiqué à droite qu’à gauche. Le président de la République a juré, jeudi dernier à la télévision, qu’il ne faisait aucun calcul, autrement dit qu’il n’avait pas composé sa nouvelle équipe dans la perspective des élections de l’année prochaine. On a du mal à le croire.

Ce n’est pas que François Hollande n’ait pas procédé à de surprenantes nominations, à commencer par celle de Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre, qui n’aura été évincé de Matignon que pour servir, en tant que ministre des Affaires étrangères, le chef de gouvernement contre lequel il a forcément gardé un peu de rancœur.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte