Un particularisme français  Abonné

Publié le 06/04/2017
Fixer le nombre d’adjoints en fonction du volume d’activité de la pharmacie est une pratique bien française. Aucun autre pays européen ne retient ce critère. Il semble même excessif à nos voisins.

« Nous ne sommes que deux pharmaciennes dans notre officine d'un chiffre d’affaires de plus de cinq millions d’euros », déclare, surprise, une consœur allemande informée de la réglementation française. Même étonnement en Belgique où les titulaires ne sont pas soumis à de telles restrictions. Pas davantage de seuils en Suisse, ni dans les autres pays européens.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte