Un nouveau test de dépistage du paludisme

Publié le 01/09/2014

Un nouveau test rapide pour détecter le paludisme pourrait venir remplacer le fameux test actuel de la goutte épaisse, qui n’est pas fiable à 100 % et parfois difficilement accessible dans certaines zones d’Afrique. En effet, dans un article publié dans la revue « Nature Medecine », des chercheurs ont mis au point une nouvelle technique qui détecte rapidement la présence de globules rouges infectés par le parasite Plasmodium falciparum par relaxométrie par résonance magnétique nucléaire (RMN), une méthode cousine de l’IRM. Grâce à cette technique, les chercheurs ont détecté la présence de déchets rejetés par le parasite du paludisme dans les globules rouges. Ces déchets sont des cristaux d’hémozoine, aussi appelés pigments malariques. La présence de ces particules permet de déterminer la gravité de l’infection. Les auteurs se félicitent de ce système qui « offre un niveau élevé de sensibilité, est moins sujet à l’erreur humaine, utilise un faible volume de sang, requiert peu de préparation, et peut être utilisé sur le terrain et a un coût très faible par test (moins de 10 centimes) ».

Avec AFP

Source : lequotidiendupharmacien.fr