Un nouveau test de dépistage du cancer du col de l’utérus

Publié le 21/02/2014

Roche lance un nouveau test de dépistage du cancer du col de l’utérus. CINtec PLUS, permet d’identifier les femmes présentant des lésions précancéreuses de grade élevé et devant se soumettre immédiatement à une colposcopie, indique le groupe suisse dans un communiqué. Les infections au virus du papillome humain (HPV) sont à l’origine de la plupart des cancers du col de l’utérus. Cependant, seules les femmes présentant une infection persistante et ayant développé des lésions précancéreuses de grade élevé doivent être traitées. Le test a donc été conçu pour identifier les infections à HPV susceptibles d’entraîner un cancer et faire la distinction avec celles ne présentant pas ce risque. « Le cancer du col de l’utérus est le troisième cancer le plus courant chez la femme dans le monde et, souvent, aucun symptôme n’est associé au précancer du col », explique Roland Diggelmann, directeur des opérations chez Roche Diagnostics, dans le communiqué. Plus de 500 000 nouveaux cas de cancer du col sont diagnostiqués chaque année dans le monde et la moitié de ces patientes décèdent. Lorsqu’il est dépisté de manière précoce, c’est l’un des cancers pouvant être le mieux prévenu et soigné, le taux de survie s’établissant à plus de 90 %, souligne Roche. En revanche, si la maladie se trouve à un stade avancé au moment du diagnostic, le taux moyen de survie à cinq ans est d’environ 20 %.


Source : lequotidiendupharmacien.fr