Le monde aujourd'hui

Un mandat à quitte ou double  Abonné

Par
Publié le 06/05/2019
Dans n'importe quelle autre configuration politique, les mesures adoptées par le président de la République auraient dû, logiquement, calmer le jeu. Objectivement, il n'en est rien et les nouvelles exactions commises le 1er mai n'auront fait que compliquer la tâche du gouvernement, même si, d'une manière générale, les services de sécurité ont bien fait leur travail.
Macron

Macron
Crédit photo : AFP

Emmanuel Macron tente désespérément de prendre ses distances avec l'action politique quotidienne. Il a donné des consignes strictes au Premier ministre, Édouard Philippe, tenu d'appliquer, avec le concours de la majorité et par le dialogue, le contenu de son nouveau programme. C'est quand même le chef de l'État qui continue à attirer sur sa personne toute la haine des extrêmes, des gilets jaunes et des black blocs, qui se battent pour qu'il quitte le pouvoir et non pour qu'il fasse des concessions sur le plan social.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte