Alain Finkielkraut

Un homme de répliques*  Abonné

Par
André Masse-Stamberger -
Publié le 30/09/2019
Même s’il feint de s’en étonner, Alain Finkielkraut ne laisse guère indifférent. Il est difficile de ne pas voir à quel point il est attaché à son image de vieux réac grognon, et son isolement semble habilement fabriqué. Mais au moins, voici que les choses sont claires : dans « À la première personne », il parle de lui et revient sur son parcours intellectuel. À 70 ans, le moment est venu de faire le point, dit-il.
finkielkraut

finkielkraut
Crédit photo : AFP

Un premier thème, véritable leitmotiv, peut être retenu : Alain Finkielkraut n’a pas changé, c’est la gauche qui s’est transformée quand l’antiracisme a pris le relais de l’antifascisme. Le philosophe voit une grande cohérence dans ses œuvres, du « Nouveau Désordre amoureux » (1977) écrit avec Pascal Bruckner, où on le découvre étonnamment léger, à « En terrain miné » (2017), sa correspondance avec Élisabeth de Fontenay. Et dans ses interviews.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte