Malgré les freins, la substitution progresse

Un accouchement dans la douleur  Abonné

Publié le 06/09/2012
Après plusieurs mois d’inquiétude sur le respect de l’objectif de substitution fixé pour 2012, les pharmaciens semblent aujourd’hui être en mesure de l’atteindre. L’application plus stricte du principe « tiers payant contre générique » depuis le début de l’été a permis de gagner 7 points en quelques semaines. Malgré des difficultés au comptoir, le taux de 85 % à la fin de l’année paraît désormais être à portée de mains.
Le principe tiers payant contre génériques n’a pas toujours été bien compris par les clients

Le principe tiers payant contre génériques n’a pas toujours été bien compris par les clients
Crédit photo : S. toubon

LA PROFESSION semble être sur le bon chemin. En effet, à la fin du mois d’août, soit cinq semaines seulement après l’extension du principe « tiers-payant contre génériques » à l’ensemble des départements (« le Quotidien » du 9 juillet), le taux de substitution moyen dépasse les 78 %. Pourtant, tout n’est pas simple au comptoir. Les patients qui refusent les génériques ne comprennent pas toujours pourquoi ils n’ont plus le droit de bénéficier du tiers-payant. Et certains menacent carrément d’aller se faire délivrer leur ordonnance chez un confrère.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte