Trop de neuroleptiques prescrits dans la maladie d’Alzheimer selon la HAS

Publié le 24/11/2009

Les troubles du comportement (agitation, agressivité, cris, opposition, déambulation) survenant dans la démence d’Alzheimer conduisent à une prescription excessive et inadaptée de médicaments neuroleptiques, selon la Haute autorité de santé (HAS). « Les neuroleptiques (ou psychotropes) sont la mauvaise réponse à ces troubles du comportement, perturbateurs pour l’entourage et potentiellement dangereux pour les patients », relève le Dr Benoît Lavallart, chargé de mission Alzheimer, à l’occasion d’un point presse de l’HAS. D’autant que « leur efficacité sur ces troubles du comportement est très restreinte » et qu’ils peuvent être délétères dans cette maladie, poursuit-il, en évoquant les effets indésirables de ces médicaments, tels « une augmentation des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et du risque de mortalité, même à court terme ». Le taux de malades d’Alzheimer de plus de 65 ans sous neuroleptiques est bien trop élevé en France, de 16,9 % en 2007 et 16,1 % en 2008, alors que l’objectif visé est de 5 %, selon le Dr Armelle Desplanques (HAS).

Quotipharm.com, le 24/11/09

Source : lequotidiendupharmacien.fr