Perle de comptoir

Tourner sept fois sa langue  Abonné

Publié le 19/04/2010

JE ME SOUVIENS de mon maître de stage lisant chaque jour les avis d’obsèques dans la presse locale. C’est important de se tenir au courant, me disait-elle, surtout pour ne pas faire de bourde au comptoir. C’est vrai que demander des nouvelles du mari alors qu’il est mort depuis belle lurette serait du plus mauvais goût. Bonjour Madame Untel ; alors votre mari, comment va-t-il ? Réponse : mais il est mort la semaine dernière ! Bien. Rien à ajouter.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte