Tests sérologiques en pharmacie : Véran n'y est pas opposé

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 07/04/2020
véran

véran
Crédit photo : Phanie

Le ministre de la Santé Olivier Véran s’est montré ouvert à la possibilité de réaliser les tests sérologiques du Covid-19 en pharmacie. Une demande des officinaux qu’il va examiner « avec la plus grande attention ».

Interrogé par « Le Quotidien » à l’issue de son point presse lundi soir, Olivier Véran n’a pas affiché d’opposition à la réalisation des tests sérologiques par les pharmaciens. « Depuis le premier jour de cette crise, à chaque fois que j’ai été interpellé par des professionnels de santé, nous avons toujours examiné la demande et, sauf rares exceptions justifiées, j’ai toujours donné un accord, et un accord rapide », a tenu à rappeler le ministre de la Santé, en citant notamment l’autorisation de fabrication de solutions hydroalcooliques par les pharmaciens. S’il souligne que « la question des tests sérologiques relève surtout de notre capacité à disposer de ces tests », il ajoute que certains dispositifs « sont bientôt matures » et que l’État va pouvoir en commander et en distribuer. « Les réseaux de distribution pourront éventuellement associer les pharmaciens : je regarderai ça avec la plus grande attention. » Une position qui demande donc à être prochainement confirmée, mais qui ouvre la voie des possibles.

Cette proposition de l’Union des groupements de pharmaciens d’officine (UDGPO) du 26 mars dernier, soutenue depuis par la Chambre syndicale des groupements et enseignes Federgy, ferait du pharmacien « un maillon essentiel » de la stratégie de dépistage lors de la sortie de confinement. « L’officine apparaît comme étant un lieu où peuvent se mettre en place ces tests et surtout leur suivi, explique en effet Laurent Filoche, président de l’UDGPO. Nous sommes en mesure de remettre aux patients le résultat de ces tests et de faciliter le travail de nos biologistes. Nous pouvons aussi, de manière fiable et sécurisée, alimenter le dossier médical personnalisé pour que le suivi du patient se fasse conformément à la législation en vigueur. »


Source : lequotidiendupharmacien.fr