Solutions hydroalcooliques : attention aux coefficients multiplicateurs !

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 08/04/2020
solution hydroalcoolique

solution hydroalcoolique
Crédit photo : Phanie

Les coefficients multiplicateurs ne s’appliquent qu’aux préparations de solutions hydroalcooliques (SHA) réalisées en pharmacie d’officine. Le flacon ne doit pas être facturé en sus.

Dans un point d’information publié hier après-midi, l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) rappelle aux confrères que les coefficients multiplicateurs ne s’appliquent qu’aux SHA fabriquées par les pharmacies. Cela vaut pour les solutions hydroalcooliques qu’ils fabriquent aussi bien pour leur propre officine que pour celles qu’ils fournissent à d’autres pharmacies. Ces coefficients s’appliquent donc à la vente en gros comme à la vente au détail. A contrario, lorsqu’un pharmacien achète des SHA auprès d’un industriel, aucun coefficient multiplicateur ne doit être appliqué, « même s’il effectue un reconditionnement ».

Par ailleurs, lors de la conférence de l’USPO dimanche dernier, Joël Lecoeur, expert-comptable et président du réseau Conseil gestion pharmacie (CGP), a évoqué le cas d’un pharmacien contrôlé par la DGCCRF sur la facturation en sus des flacons. Le président de l'USPO, Gilles Bonnefond, explique : « Le prix pour 100 ml est de 3 euros, si le pharmacien le fabrique lui-même, il peut appliquer un coefficient de 1,5, ce qui fait 4,50 euros. Mais, dans tous les cas, le prix comprend le contenant. » Pour les patients qui ont déjà un flacon et viennent le faire remplir à la pharmacie, Gilles Bonnefond rappelle que les coefficients multiplicateurs pour les SHA fabriqués par le pharmacien sont différents. « Il est de 1,2 jusqu’à 300 ml et de 1,1 au-delà. »

Rappel de l'USPO :

Outre les rappels concernant l’application de ces coefficients, le président de l’USPO s’est alarmé de constater que des pharmaciens réutilisaient parfois des flacons d’eau minérale. « C’est catastrophique ! Le pharmacien qui fait cela prend un risque phénoménal si un gamin s’empoisonne avec. Donc utilisez des flacons bien identifiables et surtout pas des flacons d’eau minérale. »

 


Source : lequotidiendupharmacien.fr