Humeur

Snobisme  Abonné

Publié le 28/05/2015

Comme vous ne le savez pas, je suis snob, ce qui implique, croyez-moi, des sacrifices. Le mois de mai n’est pas seulement une période idéale de jours fériés, c’est surtout le mois du festival de Cannes où il me semble essentiel que je sois vu. Bien entendu, je ne perds pas mon temps à regarder des films, je passe la journée à bronzer sur la plage et le soir, j’affiche mon teint hâlé dans les cocktails. Sauf que, avant même la cérémonie du palmarès, j’ai dû faire un saut à Monte-Carlo à l’occasion du grand prix automobile que je ne raterais pour rien au monde.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte