Ruptures d’approvisionnement : la CSRP hostile au décret

Publié le 21/03/2012

La Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP) est « extrêmement hostile » au projet de décret sur les ruptures d’approvisionnement, qui donne selon elle « la main aux laboratoires sur le pilotage du système de distribution du médicament ». « Avec ce décret, on est en train de détricoter un système qui fonctionne bien », accuse Claude Castells, président de la CSRP. Principal objet de ses inquiétudes : l’article 10 du texte, qui permet la mise en place de centres d’appels gérés par les laboratoires. « Les laboratoires créent une pénurie et ils obtiennent des pouvoirs publics la création d’un circuit parallèle, grâce aux centres d’appels, qui va leur permettre d’atteindre directement les pharmaciens d’officine. La prochaine étape sera d’obliger le pharmacien à présenter une ordonnance pour avoir les produits dont il a besoin », s’insurge-t-il. « On pense que les laboratoires savent ce qu’ils veulent, mais que les pouvoirs publics n’en ont pas conscience », estime la CSRP. « Ce texte va segmenter le marché, en ne laissant aux grossistes-répartiteurs que les produits très chers à distribuer et peu rentables. Mais une fois que le système sera détruit, il sera trop tard pour dire que c’était mieux avant », pointe Claude Castells. Si le texte est publié en l’état, la CSRP indique qu’elle utilisera « tous les recours possibles pour défendre la profession ».

QUOTIPHARM.COM, LE 21/03/2012

Source : lequotidiendupharmacien.fr