CINEMA - « La Vénus à la fourrure »

Roman Polanski : jeux de rôles  Abonné

Publié le 25/11/2013
Sacher-Masoch est bien là, mais, contrairement à ce qu’on pourrait penser, c’est une comédie, tirée de la pièce du même nom du dramaturge américain David Ives.
Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, un duo virtuose

Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, un duo virtuose
Crédit photo : DR

UNE SALLE de théâtre, deux comédiens et un texte savoureux qu’il a adapté avec son auteur, cela suffit à Polanski pour faire une belle démonstration de mise en scène. Mise en scène, donc en abyme, d’un metteur en scène qui auditionne une comédienne pour une adaptation du livre de Sacher-Masoch « la Vénus à la fourrure ». Un jeu où le dominant et le dominé changent en permanence de rôle, un ping-pong verbal et corporel réglé au millimètre. De quoi réfléchir – rire, en l’occurrence – sur les relations homme-femme, créateur-créature, metteur en scène-actrice.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte