HUMEUR

On a risqué gros  Abonné

Publié le 05/04/2012

Eva Joly m’a fait peur. Pas parce qu’elle a encore annoncé une de ces propositions qui nous mettraient au pain sec, au coin, au pilori, ou nous coifferaient d’un bonnet d’âne, comme savaient si bien le faire les parents et les instituteurs de mon époque ; mais parce qu’elle a fait une chute et s’est blessée à la tête. J’ai eu peur pour sa santé d’abord, ensuite pour une autre raison : si elle avait été empêchée de poursuivre sa campagne, le Conseil constitutionnel, grâce (ou à cause) d’une loi votée en 1976, aurait repoussé les élections de plus d’un mois.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte