Sur les « divisions du PS »

Rien de plus naturel  Abonné

Publié le 31/01/2011
Ségolène Royal ayant demandé à Martine Aubry et à Dominique Strauss-Kahn de se déclarer candidats, la première secrétaire du PS a répondu :«Elle est un peu impatiente, là, Ségolène ». Ou bien a-t-elle dit : « Elle est un peu impatiente, la Ségolène » ? Exégèses interminables.

AU PARTI SOCIALISTE, les seconds couteaux et les militants sont consternés. Machine à perdre, disent-ils. La majorité et la presse de droite se réjouissent. Ils ont tous tort. De même que croire que Nicolas Sarkozy est battu d’avance parce que les sondages l’affirment 15 mois avant l’heure, de même croire que les socialistes ne sortiront jamais de leurs divisions internes et feront une campagne désastreuse, c’est aller bien trop vite en besogne.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte