Rétrocessions : quel impact sur l’activité des officines ?  Abonné

Publié le 11/10/2012
LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Dans votre dernière étude statistique sur l’économie des officines clientes de votre société, vous avez étudié le poids des ventes par rétrocession en 2011. Est-ce une pratique habituelle ?

PHILIPPE BECKER.- C’est en tout cas une réalité. Selon notre étude, un tiers des pharmacies de notre panel - soit 532 officines sélectionnées sur 1 600 officines clientes - pratiquaient en 2011, et à des échelles diverses, des ventes par rétrocession avec leurs confrères.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte