La politique sécuritaire de Sarkozy

Retour de flamme  Abonné

Publié le 30/08/2010
Nicolas Sarkozy a voulu tirer avantage d’une nouvelle crise sécuritaire pour améliorer sa cote de popularité pendant l’été. Il n’a réussi qu’à détériorer un peu plus son image personnelle. Ses efforts pour séduire les électeurs du Front national lui auront coûté cher en voix UMP ou centristes. Un sondage du « Nouvel Observateur » indique qu’il serait laminé par Dominique Strauss-Kahn et battu aussi par Martine Aubry.

ON SE GARDERA bien, en observant le déluge de critiques émises non seulement par la gauche, mais aussi par les villepinistes, les catholiques et même l’UMP, d’en approuver tous les termes. Dominique de Villepin est le moins crédible qui, dans son cynisme lyrique, parle d’« une tache sur le drapeau de la France », comme si, par le passé, il avait consacré sa vie à la défense des Roms.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte