À retenir  Abonné

Par
Didier Rodde -
Publié le 08/11/2018

- La suppléance hormonale nécessite une adaptation posologique précise, le plus souvent aidée par des dosages biologiques et des valeurs cibles.

- L’inhibition hormonale est mise à profit dans de nombreuses pathologies, comme l’hyperthyroïdie, l’hyperparathyroïdie, l’hypertrophie bénigne de la prostate, les cancers hormonodépendants du sein ou de la prostate, l’endométriose, les hyperprolactinémies, l’acromégalie…

- Il convient d’être attentif aux possibles effets indésirables, source fréquente d’une mauvaise observance.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte