Réseau européen  Abonné

Publié le 19/04/2010

Face au « chantier considérable » que représentent les nanomatériaux, une mise en réseau entre les organismes européens et internationaux pour se partager le travail est nécessaire, note l’AFSSET. Elle a commencé autour de l’OCDE, qui coordonne des travaux d’évaluation des risques, et de l’ISO (Organisation internationale de normalisation), qui travaille à la mise en place de nouvelles normes. De son côté, l’AFSSET coordonne le projet européen Nanogenotox, qui vise à identifier la toxicité sur les gènes et l’ADN de 14 nanomatériaux.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte