Repères  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 16/01/2017

Depuis juin 2011, les patients et associations de patients sont autorisés à déclarer des effets indésirables médicamenteux. Le but ? Élargir la base de recueil et détecter des signaux complémentaires de ceux rapportés par les professionnels de santé. Ils peuvent télécharger le formulaire de déclaration sur le site de l’ANSM et doivent le renvoyer au CRPV dont ils dépendent. Selon le dernier Bulletin de vigilance de l’ANSM (octobre 2016) les déclarations d’effets indésirables médicamenteux sont avant tout le fait des médecins (70 %) devant les pharmaciens (22 %) et les patients (6 %).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte