Réforme de santé : quelle place pour les libéraux ?

Publié le 14/03/2014

Lors de sa Convention nationale qui s’est tenue ce 14 mars, le CNPS (centre national des professions de santé) a proposé quelques axes de réflexion à Marisol Touraine, afin de mieux structurer l’offre de soins libérale de demain. Avec le vieillissement de la population, l’explosion des maladies chroniques et des polypathologies, l’un des enjeux majeurs pour les années à venir est de maintenir le plus longtemps possible les personnes chez eux. Pour ce faire, il est indispensable de « construire une véritable articulation entre l’hôpital et la ville, dans le cas des sorties d’hôpital, avance Philippe Gaertner, président du CNPS. Celles-ci doivent être organisées avec les équipes de libéraux de santé en amont de la sortie du patient, par exemple avec la mise en œuvre de visites de pré-sorties où seraient mobilisés les professionnels qui assureront le suivi de patient. » Cela permettrait d’éviter les décompensations et réhospitalisations. Bien entendu, cette coordination doit être reconnue et rémunérée. Par ailleurs, le CNPS souhaiterait que le remboursement de certains soins, qui a régressé au fil des ans (optique, audioprothèse, soins dentaires…) soit réévalué à la hausse. « Sans quoi, ils ne seront plus remboursés que par les complémentaires, et là, c’est notre système de santé qui change de nature », redoute Philippe Gaertner. Enfin, le CNPS insiste pour que notre système de santé s’oriente plus vers la prévention, et que la formation continue des professionnels de santé devienne pluriprofessionnelle. Des propositions plutôt bien accueillies par la ministre de la Santé. Sur la coordination de l’offre de soins, Marisol Touraine reconnaît que « nous avons besoin de passer des pratiques isolées à des modes plus collectifs », en citant des expérimentations en cours. Notamment, dans le cadre du maintien à domicile, l’expérimentation PAERPA (Personnes Âgées En Risque de Perte d’Autonomie), « qui sera étendue à 230 000 personnes de plus de 75 ans d’ici la fin de l’année », dévoile la ministre. Enfin, au sujet des pharmaciens, Marisol Touraine a annoncé que la valorisation de leur rôle de conseil, qui a fait l’objet d’un protocole d’accord, serait assortie d’une déclinaison concrète sur l’honoraire.


Source : lequotidiendupharmacien.fr