Quand le chiffre d’affaires prime sur le conseil

Récit d’une immersion dans la grande distribution  Abonné

Par
Anne-Gaëlle Moulun -
Publié le 27/10/2014
Le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, a finalement renoncé à autoriser la vente de médicaments de prescription médicale facultative hors de l’officine. Une bonne chose d’après Toan Pham, pharmacien qui a brièvement tenté l’aventure de la grande surface… Témoignage.
Un seul objectif : la hausse du chiffre d’affaires

Un seul objectif : la hausse du chiffre d’affaires
Crédit photo : dr

TOAN PHAM est adjoint à Noisy-le-Sec et pharmacien formateur pour les établissements de santé. Il y a quelques années, il passe des entretiens pour travailler dans un magasin Carrefour. « On me disait que j’allais conseiller les gens », se souvient-il. Mais lorsqu’il prend son poste, la déception est amère : « les clients allaient chercher leur produit et venaient le régler à la caisse. Lorsqu’on leur proposait un conseil, ils le refusaient en répondant qu’ils connaissaient déjà le produit.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte