Le cri d’alarme des grossistes

Qui veut casser la répartition pharmaceutique ?  Abonné

Publié le 24/10/2011
La Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique tire la sonnette d’alarme. L’inadaptation du système de rémunération et la concurrence de circuits de distribution ne respectant pas les mêmes obligations de service public sont cause d’une baisse de résultats sans précédent qui met en péril le niveau de service de la répartition et donc la disponibilité du médicament.

« NOUS DONNONS l’éclairage de la Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique (CSRP). C’est le point de vue du ballon : sans lui on ne joue pas, mais on ne lui demande jamais son avis. » Cette explication métaphorique de Claude Castells, président de la CSRP, illustre la situation actuelle des grossistes-répartiteurs. Cela fait plusieurs années qu’ils tirent la sonnette d’alarme. En premier lieu pour obtenir une modification de leur système de rémunération.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte