Ruptures de stock

À qui la faute ?  Abonné

Publié le 05/01/2012
L’année 2011 aura été marquée par des ruptures de stock de médicaments. Si le pharmacien peut gérer des manquants ponctuels, il est difficile de le faire de manière systématique, d’autant que ces incidents sont parfois délicats à gérer au comptoir. Face à des causes multifactorielles, Xavier Bertrand a engagé un plan d’actions en septembre dernier, dont on attend les premiers résultats.
MEDICAMENT VIGNETTE BLEU VOLTARENE TIROIR PHARMACIE ZRIBI A ISSY LES MOULINEAUX

MEDICAMENT VIGNETTE BLEU VOLTARENE TIROIR PHARMACIE ZRIBI A ISSY LES MOULINEAUX
Crédit photo : S. toubon

CHACUN A COMMENCÉ par pointer du doigt les autres acteurs de la chaîne du médicament. Désormais, tous sont d’accord pour dire que les causes des ruptures d’approvisionnement sont multifactorielles et ont une dimension internationale. Fabienne Bartoli, directrice générale de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), souligne l’excellence de la chaîne du médicament en France, « réglementée, organisée, bénéficiant d’un maillage et d’une sécurité d’approvisionnement quasiment sans équivalent au monde ». Mais alors pourquoi y a-t-il des manquants en officine ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte