Questions autour du monopole pharmaceutique  Abonné

Par
Fabienne Rizos-Vignal -
Publié le 04/11/2019
Le monopole pharmaceutique serait-il un colosse au pied d’argile ? On pourrait le croire, même si le vent de la dérégulation ne semble pas près de le mettre à terre… Bousculé et bataillé, parfois fissuré, le monopole pharmaceutique reste un pilier de l’exercice officinal. Parce que la santé n’est pas un secteur comme les autres, les lois concurrentielles du marché ne peuvent prévaloir sur la sécurité des patients-clients.
Visuel

Visuel

Qu’est-ce que le monopole pharmaceutique ?

Le monopole pharmaceutique est avant tout un monopole de compétence. Il réserve la vente de certains produits aux seuls pharmaciens et aux personnes habilitées à les seconder, les préparateurs et les étudiants en pharmacie dès leur inscription effective en 3e année d’études. La liste des produits monopolisés est bordée à l’article L.4211-1 du Code de la santé publique. Il s’agit d’une liste strictement limitative (flashez le QR Code pour en prendre connaissance).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte