Interaction soignants et soignés

Quand la conviction du médecin augmente l'efficacité du traitement  Abonné

Par
Publié le 28/10/2019
On sait depuis longtemps qu'un traitement, et notamment un traitement antalgique, fonctionne mieux si le patient est persuadé de son efficacité : le fameux effet placebo. Il semblerait désormais qu'il faille aussi composer avec l'opinion du praticien. C'est ce que nous apprend l'originale expérimentation sociale publiée dans « Nature Human Behaviour » et menée par les chercheurs du département de psychologie d'étude du cerveau de l'université Dartmouth, à Hanovre.
étude

étude
Crédit photo : Phanie

Les chercheurs ont recruté 194 étudiants en médecine, inscrits à des cours d'introduction à la psychologie et aux neurosciences, et leur ont réparti de façon aléatoire des rôles de médecins ou de patients. Les « médecins » appliquaient une « soi-disant » crème antalgique appelée « Thermedol » ou une crème contrôle, puis la peau des « patients » était chauffée jusqu'à une température de 48 °C, de manière à provoquer l'apparition de légères douleurs transitoires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte