Propos de bistrot pour un Goncourt  Abonné

Publié le 15/11/2012
Jérôme Ferrari

Jérôme Ferrari
Crédit photo : AFP

C’est à partir d’un simple bistrot situé dans un village de montagne en Corse, que Jérôme Ferrari a développé, dans « le Sermon sur la chute de Rome » (Actes Sud), qui lui a valu le prix Goncourt (au deuxième tour), une réflexion sur le déclin du monde occidental, rythmée par des extraits du sermon que prononça saint Augustin en 410 après le sac de Rome, d’où ressort la phrase, destinée à consoler ses fidèles d’avoir survécu : « Le monde est comme un homme : il naît, il grandit, il meurt. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte