Le monde aujourd'hui

Proche-Orient : l'huile sur le feu  Abonné

Par
Richard Liscia -
Publié le 11/12/2017
La décision de Donald Trump de transférer à Jérusalem l'ambassade des Etats-Unis en Israël, actuellement à Tel Aviv, a été commentée davantage sous le coup des passions qui caractérisent tout ce qui concerne le conflit israélo-palestinien qu'au nom d'une analyse logique. Certes, M. Trump s'est livré à l'une de ces provocations dont il est coutumier, mais il a aussi entériné un fait accompli, à savoir que le gouvernement et la Knesset sont installés à Jérusalem, ce qui en faisait déjà, de facto, une capitale.
Proche-Orient : l'huile sur le feu

Proche-Orient : l'huile sur le feu
Crédit photo : AFP

Sur le plan juridique, le président des Etats-Unis n'a bafoué aucune loi, bien au contraire. Le congrès a adopté en 1995, soit il y a 22 ans, un texte appelé « Jerusalem Embassy Act » qui prévoyait déjà le transfert de l'ambassade. Il autorisait toutefois le président en exercice à repousser de six mois en six mois l'application de la loi. Les présidents Clinton, Bush et Obama n'ont donc jamais mis en œuvre le texte adopté pendant le premier mandat de Bill Clinton. Quelles que fussent leurs raisons, et elles sont claires, ils abusaient d'une clause de la législation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte