Un entretien avec Gilles Bonnefond, président de l’USPO

Près de 880 incidents signalés en trois mois  Abonné

Publié le 26/05/2011
JOURNEE  DE L ' ECONOMIE OFFICINE QPH PHARMACIEN 2006 BONNEFOND GILLES

JOURNEE DE L ' ECONOMIE OFFICINE QPH PHARMACIEN 2006 BONNEFOND GILLES
Crédit photo : S TOUBON

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN. - Pourquoi avez-vous décidé de mettre en place un observatoire des ruptures d’approvisionnement en médicaments ?

GILLES BONNEFOND. – Avec l’enquête, nous avions voulu réaliser une photo de la situation. Avec l’observatoire, nous souhaitions identifier l’origine de ces ruptures et comprendre pourquoi le phénomène s’amplifie. Finalement, en trois mois, près de 880 incidents nous ont été signalés ; ceux-ci ne concernaient pas moins de 264 spécialités différentes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte