Une offre matérielle de plus en plus riche

Préparation des doses à administrer : des machines et des hommes  Abonné

Publié le 24/09/2012
En dépit d’un certain flou juridique, la pratique de la PDA continue de progresser. Ses objectifs : diminuer l’iatrogénie médicamenteuse et, dans les EHPAD, réduire le coût des soins. Manuelle ou automatisée, là est la question… Quelques éléments de réponse pour guider votre choix si l’aventure vous tente.
Des outils venus de l’univers hospitalier

Des outils venus de l’univers hospitalier
Crédit photo : doc Manrex

La PDA peut être manuelle ou automatisée

La PDA peut être manuelle ou automatisée
Crédit photo : S TOUBON

Penser au coût des consommables

Penser au coût des consommables
Crédit photo : Manrex france

Crédit photo : S. TOUBON

QUELQUES chiffres tout d’abord témoignent d’une montée en puissance de la PDA. Avec l’allongement de l’espérance de vie, l’augmentation du nombre de patients atteints de maladies chroniques et de la durée de la dépendance, l’INSEE prévoyait, il y a 6 ans, que les structures d’accueil des personnes âgées dépendantes devraient être en mesure d’héberger au moins 600 000 résidents à l’horizon 2020. Les plus de 65 ans représentent déjà plus de 16 % de la population française et près de 40 % de la consommation médicamenteuse.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte