Effet protecteur de l’immunité in situ

Prédire le risque de récidive des cancers colo-rectaux  Abonné

Publié le 23/11/2009
Dans les cancers colo-rectaux peu avancés, une forte densité de lymphocytes T cytotoxiques et mémoires au sein de la tumeur serait associée à une absence de récidive et à une survie prolongée, d’après une équipe française INSERM/AP-HP.
Les lymphocytes T (marron) prédisent la survie des patients. La tumeur est marquée en bleu

Les lymphocytes T (marron) prédisent la survie des patients. La tumeur est marquée en bleu
Crédit photo : inserm/u872

AVEC DE PLUS EN PLUS de tumeurs diagnostiquées à un stade peu avancé, le dépistage organisé du cancer colo-rectal met l’accent sur la question de la prise en charge optimale de ces formes précoces. Même si le pronostic est meilleur, près de 20 à 25 % de ces cancers traités très tôt vont récidiver. Or il n’existe aucun marqueur précoce performant pour identifier les sujets à risque, à ce jour.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte