Pouvoir disciplinaire  Abonné

Publié le 14/06/2010

L’AFLD exerce un pouvoir disciplinaire (ses décisions, rendues dans le cadre de son statut de délégataire de service public, peuvent faire l’objet d’un recours devant le Conseil d’État) en ayant la faculté de prononcer des sanctions administratives de suspension dans quatre cas :

- Elle est saisie d’office lorsque les organes disciplinaires de la fédération nationale compétente ne se sont pas prononcés dans les délais prévus par la loi (dix semaines en première instance et quatre mois en appel).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte