Les élections dans moins de 4 mois

Pour qui joue le temps  Abonné

Publié le 09/01/2012
À 118 jours de l’élection présidentielle, le temps ne semble pas jouer pour Nicolas Sarkozy. La trêve des confiseurs a réduit la production, l’an dernier abondante, de sondages. Mais, en moyenne, le président sortant recueille quelque 24 % des suffrages, alors que Marine Le Pen le talonne, à quelque 20 % (François Hollande se situe à 27 % et continue de l’emporter dans tous les cas de figure au second tour). En désignant le FN comme l’adversaire principal, M. Sarkozy pose le problème, mais il n’a pas trouvé la solution.

LE CHEF DE L’ÉTAT a adopté la posture du candidat non déclaré qui gouvernera furieusement jusqu’en mars, deux mois à peine avant la date du premier tour. Il sait en effet qu’on lui reprochera son bilan, même s’il contient quelques réformes non négligeables ; et il lancera encore des projets pour son éventuel second quinquennat, par exemple, sa grande réforme de l’école qui, à peine annoncée, soulève une levée de boucliers.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte