Permanence des soins

Pour connaître la pharmacie de garde, faites 20 kilomètres !  Abonné

Par
Mélanie Maziere -
Publié le 29/02/2016
Coup de colère du père d’une patiente. En cherchant une pharmacie de garde, il découvre un nouveau système téléphonique remplaçant l’appel à la gendarmerie. Un service qu’il qualifie d’inutile et qu’il dénonce.

Il est 20 h 15 quand sa fille sort de chez le médecin avec son ordonnance. Jean-Claude Costantini, 70 ans, habitant La Colle-sur-Loup, dans les Alpes-Maritimes, se met en quête de la pharmacie de garde la plus proche pour que sa fille puisse commencer son traitement immédiatement. « Il ne m’est pas souvent arrivé de devoir m’informer de la pharmacie de garde, alors j’ai fait la même chose que la dernière fois, ce qui date d’il y a bien longtemps. J’ai appelé la gendarmerie pour avoir les coordonnées. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte