Des résidus d’antidépresseurs dans l’eau des rivières

Poissons au bord de la crise de nerf  Abonné

Publié le 11/03/2013

JE N’IRAI plus jamais taquiner le goujon sans y penser. Il paraît que nos rivières sont infestées de résidus de médicaments ! Bon, à vrai dire, je le savais déjà, mais, jusque-là, on évoquait surtout le rôle des sous-produits hormonaux, ou perturbateurs endocriniens, qui s’amusent à changer le sexe des poissons. Amère pilule ! Désormais, mon terrain de pêche favori serait également contaminé par les neuroleptiques et autres tranquillisants. Ce sont des Suédois qui le disent.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte