Des pharmaciens aux soins des plus démunis

PHI continue ses missions pharmaceutiques  Abonné

Publié le 05/11/2009

EN MATIÈRE de droit à la santé, la loi change tout. Tout ? Sauf ce droit à la santé.

Depuis le 1er janvier 2009, ce n’est pas parce qu’on ne récupère plus les médicaments que les pharmaciens lâchent prise : l’aide à la santé est un droit fondamental. Reste à l’appliquer différemment. Il est interdit d’emporter et de distribuer des médicaments récupérés en France ou à l’étranger, même pour la bonne cause PHI œuvre efficacement pour que la loi ne soit pas contournée.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte